Sign in / Join

Pleins phares sur les décennies Simca à Epoqu'Auto

C'est LE gros salon tant attendu après le rendez-vous reporté pour cause de pandémie Covid en 2020. Voitures anciennes, motos anciennes, accessoires et pièces détachées, importateurs de véhicules, restaurateurs, carrossiers, clubs et autres fédérations... tout le monde s'est donné rendez vous en ce début du mois de novembre 2021 à Lyon pour renouer avec la passion des véhicules anciens. Tout au long de ces trois jours des 5, 6 et 7 novembre 2021, le site motormecanicklassic vous donne rendez-vous pour découvrir les nouveautés de ce salon.

Et pour commencer pleins feux sur SIMCA, la Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie Automobile. Créée en 1934 par l'italien Fiat pour vendre des véhicules sous licence en France, la firme est devenue progressivement un fleuron de l'industrie automobile hexagonale pour finir par disparaître, d'abord sous son patronyme de naissance puis sous l'appellation Talbot au milieu des années 80.

C'est donc l'occasion de (re)découvrir les modèles emblématiques de la marque à l'hirondelle qui fêtent pour certains leur 60, voire 70 ans. Quelques 80 véhicules sont exposés sur les différents stands, qui retracent toutes les époques  - et l'épopée - de la firme. Depuis la Simca 5 (également connue sous le nom de Fiat Topolino) jusqu'aux Talbot Samba ou Tagora, en passant par les tant populaires Aronde et Versailles.

Voici donc le revue de détail des modèles de la marque exposés à Epoqu'Auto, à Lyon.

Simca 5 - 1936

La genèse de la marque en France, plus connue sous l'appellation de la voiture des "congés payés". Dérivée de sa très proche cousine italienne la Fiat Topolino, la Simca 5 commercialisée en 1936 - en même temps que la généralisation des vacances rémunérées par le Front Populaire -, ce modèle date de l'année emblématique : moteur de (seulement) 572 cm3, boîte manuelle à 4 rapports et vitesse culminant à 75 km/h. Au total 46 472 exemplaires furent produits en France, toutes versions confondues , découvrables, berlines ou commerciales.

Simca-Fiat 11 CV - 1936

Dès sa sortie sur le marché, la 11 CV Fiat française s'est signalée par une remarquable performance: au cours d'un essai de consommation effectué sur le trajet de Paris à Biarritz (737 km) avec un modèle strictement de série, la consommation de carburant s'est établie à 8,06 litres aux 100 km. Et la consommation d'huile... insignifiante. Le tout pour une moyenne horaire de 63km/h. Pas mal pour l'époque non ?

Simca 8 - 1949

Plus dynamique et moderne que ses concurrentes de chez Peugeot ou Renault, la Simca 8 était la sportive de la catégorie. Très proche de sa cousine transalpine la Fiat 1100 avec son moteur culbuté, sa boîte à quatre vitesses, sa batterie de 12 volts et son freinage hydraulique. Proposée en version berline et cabriolet quatre places, la "Huit" se forge l'image d'une voiture rapide, nerveuse et fiable, mais économique.

Simca 6 - 1950

Pas simple de succéder à la Simca 5. Ce millésime "6" date de 1950, cube 569 cm, et culmine à ... 95 km/h. 16 508 exemplaires de ce modèle furent produits au total.

Simca 8 - cabriolet - 1950

Continuant sur sa lancée, la toute nouvelle firme met sur le marché un 1200 cm3. Ce cabriolet est extrêmement rare et a été restauré durant six longues années de patience et de passion.

Simca 9 - Aronde 1953

La génération Aronde (Hirondelle) - Simca 9 et la fameuse P60 - fut produite au total, entre 1951 et 1963, à 1 442 155 exemplaires.  Avec un moteur de 48cv pouvant atteindre 135 km/h, l'Aronde fut par excellence la voiture populaire de la fin des années 50 et début des années 60.

Simca Aronde P60 - 1959-1963

La P60, "P" pour personnalisé, inaugure plus d'une décennie de voitures populaires déclinées à toutes les sauces. Equipée dans un premier temps du moteur Flash à 3 paliers et ensuite du moteur Rush à 5 paliers, plus de 1 400 000  exemplaires d'Aronde furent construits, dont près de 400 000 P60. Simca devient ainsi, avec ce modèle, le deuxième constructeur français. Décliné en 4 portes, coupé (Grand Large, Plein Ciel), break (station wagon Ranch ou Chatelaine) et même cabriolet (Océane), la P60 reste à ce jour la voiture emblématique de la firme.

Simca Ariane - 1961

Sur la base de la motorisation de l'Aronde, l'Ariane, née en 1957, est une version d'inspiration américaine, proche des lignes d'une Ford USA de l'époque. Le modèle ci-dessus date de 1961, propulsé par un moteur 1300 cm3 et "plafonne" à 120 km/h. Les Ariane furent notamment utilisées par la compagnie de taxi parisienne G7.

Simca Vedette et dérivés 8 cylindres - 1957

Vedette, Régence, Trianon, Versailles, Chambord, break Marly, Simca commercialise dès 1957 toute une gamme de véhicules propulsés par un moteur huit cylindres en V de 2351 cm3 pouvant atteindre 140 km/h. Le point culminant de la gamme fut atteint avec la Présidence, exclusivement de couleur noire, avec la roue de secours sur le coffre arrière et destinée aux serviteurs de l'Etat, ministères et Préfecture.

Simca 1000 - 1961

60 ans tout rond cette année pour ce best seller de la marque à l'hirondelle. Conçue pour concurrencer la dauphine de Renault, la Simca 1000 est l'une des dernières créations de Théodore Pigozzi le fondateur de la marque. Voiture compacte, économique, agile et élégante, elle était destinée initialement à séduire une clientèle féminine. Déclinée en de multiples versions, la petite auto  est équipée d'un moteur à l'arrière. Il s'en est vendu au total plus de 1 700 000 exemplaires en deux décennies. La Simca 1000 Rallye et son kit pouvant porter sa puissance à 80 cv devient aussi rapidement une voiture sportive abordable, notamment pour les jeunes.

Simca 1100 -1967

Ancêtre de la compacte moderne, la Simca 1100 est une voiture familiale, confortable et modulable, la version berline existant en 3 ou 5 portes. C'est la première traction avant de la marque. Cette auto a été déclinée en de nombreuses versions tout au long de sa carrière, dont deux versions un peu plus sportives, la Special et la TI. Les versions utilitaires ont quant à elles été très prisées par les professionnels. Le modèle ci dessus est de de 1969, une phase 1 reconnaissable notamment à ses petits feux arrière.

Simca 1100 TI - 1974

En 1974, Simca a l'idée d'apposer les deux lettres TI, synonymes de sportivité et de dynamisme, sur une 1100 vitaminée. Ainsi en parallèle de la Rallye 2, dont la TI reprend en grande partie le moteur, la firme propose une voiture puissante et rapide, mais aussi plus bourgeoise et familiale. La 1100 TI connaîtra une belle carrière commerciale jusqu'en 1978.

Simca-Chrysler- Talbot -1977

A partir de 1977, l'histoire de la marque Simca se complique après le rachat de Chrysler-Europe, dont fait partie la marque Simca, par PSA, qui renomme toutes les marques du groupe Chrysler-Europe sous un seul et même nom: Talbot. L'Horizon exposée ci-dessus est un modèle Jubilé de 1979, à moteur de 1442 cm3 pouvant atteindre 165 km/h.

Cette Simca Chrysler 2L de 1978, équipée d'un moteur de 1981 cm3 de 110 cv accouplé à une boîte automatique à 3 vitesses, pouvait atteindre la vitesse de 175 km/h.

Talbot Samba, Solara, Tagora...

La première partie de la décennie 80 verra le déclin de la marque après son rachat par PSA et son extinction en 1986. Durant cette période plusieurs modèles furent commercialisés

Cette Solara de 1985 est un des derniers véhicules fabriqués sous la marque Talbot qui est mise en sommeil en 1986. Ce véhicule est un don de l'usine de Poissy à l'association l'Aventure  automobile à Poissy.

Matra-Simca

Terminons enfin cette rétrospective non exhaustive de la marque par la collaboration de Simca avec Matra. Dès 1973 apparaît la Bagheera, un coupé à moteur 4 cylindres central et transversal.

Le modèle ci-dessus est une Bagheera Courrèges de 1977, équipée d'un moteur de 1442 cm3 développant 90 cv et pouvant atteindre 185 km/h. Son propriétaire raconte : "André Courrèges, alors grand couturier reconnu internationalement, est contacté par Matra afin de parer la Bagheera d'un habillage spécifique symbolisant la modernité et le côté chic de la voiture. Résultat la voiture sera blanche, entièrement blanche, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur". La Matra Simca Bagheera Courrèges fut présentée à la presse le 30 septembre 1974.

Nous ne serions pas complet sans évoquer la Rancho, ancêtre des SUV, ludospace et autres Crossover d'aujourd'hui. Fruit d'une collaboration - encore - entre Matra et Simca, la Rancho fut produite de 1977 à 1983 à un nombre d'exemplaires dépassant largement les prévisions. Le modèle ci-dessus date de 1984 en finition X, le haut de gamme, doté en série des vitres teintées bronze, du compte-tour intégré, des sièges garnis de velours, de jantes aluminium et de peinture métallisée.

Photos by MMK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 commentaire(s)

  1. Esbrouf 6 novembre, 2021 at 18:26 Répondre

    La marque Talbot, ne s’est pas totalement éteinte au milieu des années 80 comme il est dit dans l’article…. Un modèle Talbot a perduré jusque 1992, il s’agit du Talbot Express, version du J5/C25 vendue en Grande-Bretagne, clones du Fiat Ducato

  2. Eric GUERRIER 10 novembre, 2021 at 20:50 Répondre

    Bonsoir,
    Je suis en train d’écrire un livre qui retrace mon parcours professionnel chez Simca/Chrysler. Je voudrais bien savoir quels sont les droits de reproduction des photos de ce site. je ne les utiliserais certainement pas toutes car c’est plutôt un bouquin sur mon parcours à partit de 1970 (donc Chrysler France) mais j’aimerais bien sur une partie de l’ouvrage livrer quelque explications sur la gamme SIMCA à proprement parler.
    Bonne soirée et merci de votre retour.
    Cordialement

Laisser un commentaire